Menu

Trafic de drogues au Mali : Liens avec des institutions de l’Etat

Une délégation de la Commission sur l'impact du trafic de drogues sur la gouvernance, la sécurité et le développement en Afrique de l'Ouest (WACD) vient de terminer une visite de trois jours au Mali.

«Le trafic de drogues au Mali doit être traité de manière urgente et différente,» a asséné Edem Kodjo, ancien Premier ministre togolais, ancien secrétaire général de l'OUA et chef de cette délégation de la WACD. «Le pays traverse certes une difficile période de transition, mais cela représente une opportunité de changement. » Pour se faire une idée précise de la situation qui prévaut désormais au Mali, la délégation a rencontré un large éventail d'interlocuteurs au cours de son séjour, tant à Bamako qu'à Gao, y compris le Président élu S.E. Ibrahim Boubacar Keïta. Les commissaires ont aussi rencontré des autorités sécuritaires et sanitaires, des sages traditionnels, la chambre de commerce, des membres de la jeunesse et des partis politiques ainsi que des représentants des organisations régionales et de la communauté internationale.

«Nos rencontres nous ont permis de mesurer l'ampleur du problème et comprendre que les trafiquants de drogues avaient eu des liens non seulement avec des groupes extrémistes au Mali, mais aussi au sein des institutions étatiques, sur fond de corruption institutionnalisée à grande échelle », a constaté le commissaire Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, ancien ministre des Affaires étrangères de Mauritanie, désormais professeur invité à l'Institut des Hautes études internationales et de développement à Genève et directeur de programme au Centre de Politique de Sécurité de Genève. « Aussi, faudra-t-il réformer les institutions du pays en profondeur pour mettre fin à l'impunité et aux trafics multiples qui entravent le développement. » La commission reconnaît l'immensité du défi à relever pour le nouveau gouvernement et a donc appelé au soutien de la communauté internationale, à commencer par la coopération régionale, pour doter le pays des ressources nécessaires, notamment en termes d'équipements, d'outils statistiques et de formation.

En outre, les commissaires ont souligné qu'il fallait reconnaître et faire face à la consommation locale de stupéfiants, qui pose un problème croissant en raison de facteurs tels que le chômage des jeunes, la faiblesse des établissements et de mécanismes de traitement de ses conséquences psycho-sociales et médicales et l'absence de structures d'accompagnement et de réinsertion. Kofi Annan, prix Nobel de la Paix, a lancé la WACD au début de l'année en réponse à la flambée du trafic et de la consommation de drogues en Afrique de l'Ouest au cours de la dernière décennie. La commission, composée d'une dizaine d'éminentes personnalités d'Afrique de l'Ouest, est présidée par Président Olusegun Obasanjo du Nigéria.

Le republicain. Infos Mali 03-09-2013

Retour en haut
Bookmaker with best odds http://wbetting.co.uk review site.