Menu

Massacre à Tamkoutat : Une autre signature du MNLA

Massacre à Tamkoutat : Une autre signature du MNLA

Malgré la libération des régions nord du pays de l'occupation djihadiste, le septentrion malien reste toujours confronté à un cycle d'insécurité, qui a atteint son paroxysme, le vendredi dernier avec l'attaque d'un convoi de forain par des inconnus armés.

En savoir plus...

Arrestation des Maliens à Kidal : Le MNLA joue au gendarme en toute impunité

Chaque jour que le temps passe, la France et son allié MNLA font parler d'eux. Le dernier en date, c'est d'exigence de négociations sur le Mali. Aujourd'hui Paris et Washington obligent le Gouvernement malien à s'asseoir sur banc avec des rebelles. Le MNLA, martèlent nos compatriotes, occupe le territoire malien illégalement et posent quotidiennement des actes grâce à la complicité de la France, SERVAL et de la Communauté Internationale, MINUSMA.

En savoir plus...

Arrestation des Maliens à Kidal : Le MNLA joue au gendarme en toute impunité

Chaque jour que le temps passe, la France et son allié MNLA font parler d'eux. Le dernier en date, c'est d'exigence de négociations sur le Mali. Aujourd'hui Paris et Washington obligent le Gouvernement malien à s'asseoir sur banc avec des rebelles. Le MNLA, martèlent nos compatriotes, occupe le territoire malien illégalement et posent quotidiennement des actes grâce à la complicité de la France, SERVAL et de la Communauté Internationale, MINUSMA. Du cout, l'aura de la France est atteinte. La France rappelons-le qui a été accueillie comme libérateur est aujourd'hui accusée de trahison et de diviser le sol malien.

« Aujourd'hui pour qu'on puisse vraiment parler de la réconciliation, il faut que chacun s'assume et reconnaitre ses erreurs et demande pardon au peuple malien qui a été meurtri dans sa chaire et sa peau » dénonce-t-on.

Bréhima Traoré

Source: Mali Demain 14-02-2014

En savoir plus...

Insécurité au Nord du Mali : 2 obus tirés sur Gao sans faire de victime ni de dégâts

Ce jeudi 13 février 2014, aux environs de 16 heures, deux obus ont été tirés sur la ville de Gao, la plus grande ville au nord du Mali.
Selon Mounkéïna Maïga de la Koïma à Gao que nous avons contacté, les deux obus sont tombés non loin du camp militaire de la ville sans faire de victime ni de dégâts. Pour le moment, on ne connait pas l'auteur de cette attaque, mais il faut dire que ce n'est pas la première fois que cette ville soit la cible d'obus. Et à chaque fois, c'est le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), qui a revendiqué.

On ne sait si c'est aussi le cas pour la présente attaque. En tout cas, ces tirs d'obus sur la ville de Gao interviennent quelques jours seulement après l'enlèvement de cinq employés du Comité international de la Croix rouge (CICR), tous des Maliens entre Gao et Kidal. Enlèvement qui a été revendiqué par le même Mujao.

Le Mujao est l'un des groupes armés qui ont régné sur le Nord-Mali en 2012 avant d'en être chassés par une intervention militaire internationale initiée par la France en janvier 2013. Depuis, le mouvement est dans la nature mais ne s'avoue pas vaincu. Il continue de mener la résistance par des attaques sporadiques et maintenant par les prises d'otages.

Abdoulaye Diakité

Source: Malijet 14-02-2014

En savoir plus...
Bookmaker with best odds http://wbetting.co.uk review site.